PREAMBULE

Un animal totémique à Cournon...

Un animal totémique à Cournon, quelle drôle d'idée, et pourtant...

L'idée a germé il y a presque 6 ans, un simple projet proposé au Groupe Carnavalesque pour animer le Corso avec quelque chose "qui soit bien de Cournon", pourquoi-pas une animation dans la plus pure veine des traditionnels animaux totémiques de la région (j'aime quand quelque chose à un fond de légitimité).
Devant la motivation et l'entrain légendaires des membres du Groupe Carnavalesque, cette idée qui à leurs yeux, ne méritait pas une seconde d'intéret, tomba dans les oubliettes des projets avortés par le groupe.
Pourquoi innover et proposer quelque chose de nouveau alors qu'il est si facile de s'assoir sur ce qui éxiste déjà?
Refus catégorique et idée inintéressante, mais qui n'a pas empéché certains de la récupérer (comme beaucoup d'autres choses) pour sortir un éléphant d'Hannibal pour le Corso 2009 à Cournonterral...passons!
Je suis Cournonterralais de naissance et comme tout le monde, sorti des Pailhasses et de la fête foraine de l'été, je trouve qu'il n' y a pas grand-chose le restant de l'année pour animer le village.
De plus j'aime la culture. Par culture j'entends: ce que l'on vit, le contraire de folklore qui n'est que du paraitre déguisé pour les touristes. Je fais, d'abord, les choses pour moi; pour ce que j'aime vivre.
Alors pourquoi continuer à se plaindre et ne pas prendre les choses en main moi-même, façonner et proposer quelque chose de nouveau?
On est jamais mieux servi que par soi-même!

Donc avant de s'attaquer à "la montagne" de travail que représente la création d'un tel animal, avec Nadège Guilhaumon, on a décidé de remettre au gôut du jour de véritables traditions du village qui avaient disparu et qui avaient été oubliées. En tête, à l'initiative de Nadége: BERTRAND, le Chevalet de Cournonterral, qui re-nait aprés près de 30 ans d'absence. Se renseigner sur ce qui se faisait au village, se renseigner sur les musiques, les dances, les chants, etc... Recréer une nouvelle tête de cheval (l'ancien Chevalet ayant disparu chez un particulier!) aux couleurs des chevaux du coin: les Camarguais, une nouvelle robe aux couleurs de Cournon et de nouveaux habits pour trancher avec les couleurs non-traditionelles que sont le rouge et le blanc. Une nouvelle chorégraphie qui respecte l'histoire du Chevalet et la musique des hautbois et tambours, jouée par de vrais musiciens, pour accompagner tout cela.
Le but n'était pas de proposer une simple animation pour maison de retraite mais de créer un vrai Chevalet aux couleurs du village et qui donne de la fierté aux personnes qui l'animent et à tous les Cournonterralais.
Tout un travail en amont qui a permit de "mettre le pied à l'étrier" sur la suite de la tâche.

Première sortie du Chevalet le 5 mars 2011 images: Ricesco

Ce qui a abouti également à créer une classe d'instruments traditionnels (ce qui faisait gravement défaut dans un village comme Cournonterral où l'on entend les discours traditionalistes et régionalistes tout le long de l'année).
D'autres traditions ou usages ont également été remis au gout du jour tels que les TREILLES (auxquelles j'avais participé fin des années 70) ou encore la BUFFATIERE.
Bien sùr, tout celà ne s'est pas fait tout seul avec seulement 2 paires de mains, mais avec l'aide de personnes motivées: Jacques, Marc, Flavie et bien d'autres, et d'associations comme TERRA D'OC, qui se sont investis dés le début et qui sont si attachés à la culture occitane et à leur village.
La tête de Bertrand, le Chevalet, me permet une première fois de me mettre au façonnage de volumes, ce qui me change des dessins.

Courant 2011, le projet d'animal totémique est remis sur la table!
Mais quel animal et surtout avec quelle légitimité?

LA GENESE

La naissance du projet

Quel animal pour Cournonterral?

Connaissant l'histoire de Cournonterral, la famille de Trois-Loups, m'inspirait une évidence pour l'animal; de leur nom de famille singulier: "Trois-Loups" ou "Tribvs-Lvpis" en latin et par les actes qu'ils ont perpétré au moyen-âge (voir "les vrais protagonistes" plus bas). De plus, Bastide de l'Oulieu, qui aimait tout réécrire, avait déjà écrit une légende sur les Trois-Loups au début du XXe siècle.
Qui dit association, dit se plier à la majorité, et "Tribvs-Lvpis" retourne dans sa corbeille!
Comme je disais plus haut, même si l'histoire de Cournon trouve toute sa légitimité et tous les arguments possibles, elle a la faiblesse d'être très peu connue, voire presque pas des Cournonterralais!!!
C'est la légende de Hannibal qui est la plus populaire et est, une première fois adoptée.

DE l'ELEPHANT A TRIBVS-LVPIS

De Hannibal aux trois loups

Donc on s'atèle au projet: Un éléphant c'est imposant, ça se prète bien au totem mais il y a un truc qui me gêne; c'est creux, sans fondement, ce n'est qu'une légende.
Quoi faire: Un éléphant de 4 ou 5 mêtres de haut pour en imposer, une armée d'éléphants, un vrai Hannibal en armure? Toutes ces choses, visuellement, peuvent être plaisantes mais me laisse une sensation d'insuffisance, un peu vide et sans âme!
Il faut "mettre le paquet" pour donner corps à tout cela!

Logo par Ricesco

Je cherche le moyen d'y "glisser" mes trois loups qui seront la représentation des autochtones, des Cornalencs rébossiers (voir dessin suivant).
Un premier essai qui ne convenait pas (à la majorité), et un dernier dessin qui met tout le monde d'accord. Des types habillés comme ces hirsutes et vociférant dans les rues, ça aurait eu de la gueule!

Les 3 loups de Cournon par ricesco

Un "Edito d'Hannibal" et une "Entrevue avec Erméniars" sont rajoutés à "La Gazeta Illustrada de Cornonterralh" de 2011 ainsi qu'un éléphant et une vue du Théron sur le bandeau de la gazette éphémère:

Bandeau de "La Gazeta Illustrada de Cornonterralh" par Ricesco

Et pour donner vie à tout cela, une magnifique légende sur le "MYTHE FONDATEUR DE COURNON" est écrite par Serge Gachon.

Images et montage: Ricesco

Malgré une préparation en amont, le projet de l'éléphant est ajourné suite à des discenssions dans le groupe et, des personnes de Cournonsec ayant eu vent du projet s'en emparent.

A Cournonterral, tous les secrets sont des secrets de Polichinelle, un projet de cette envergure ne pouvait rester dans le mystère très longtemps. Donc ces personnes, ou ces opportunistes (au choix), de Cournonsec récupèrent l'éléphant et en font Cournemasque, aussi vite oublié que créé! A noter que, non seulement, ils ont prit le projet de l'animal totémique mais en plus sur leur site, pourtant officiel, ils n'ont pas hésité à piller l'histoire de Cournonterral pour se l'attribuer. Les détails prochainement dans le journal communal et sur le site du GRAC.
L'éléphant ayant traversé la Bilière pour aller s'abreuver en pays "SEC", une nouvelle concertation a lieu sur l'animal à adopter pour Cournonterral: après la Hyène hypothétique, les Corbeaux et les Corneilles mangeurs de grives, le cheval dans son trou du Ramassol... c'est enfin Tribvs Lvpis qui est le plus convaincant (ouf!).
Mon idée initiale n'était pas de faire un Loup à 3 têtes mais 3 Loups bien distincts les uns des autres.
Comme cela est inédit à Cournonterral, je trouvais bien d'innover et de proposer quelque chose de différent de ce qui existe déjà. L'animal totémique est nouveau au village et il doit proposer quelque chose de neuf.
C'est toujours bien de cultiver sa singularité! Mais, toujours, à l'opinion majoritaire, il est décidé du Loup à 3 têtes. Et techniquement parlant, ce n'est finalement pas une mauvaise résolution!
Je démarre de ce dessin:

Les 3 loups et logo par Ricesco

Nos amis du Poulain de Pézenas nous ouvrent les portes pour que l'on puisse prendre des repères et s'inspirer de la structure de leur animal pour confectionner le notre.

Photos de la structure du Poulain photos: Ricesco

Les plans déssinés, il ne reste plus qu'à façonner tout cela.

Fabrication des têtes et plan de la carcasse par Ricesco

D'un autre coté, comme dit précédemment, l'histoire du village n'étant pas connue de grand monde, je m'atèle à faire des montages vidéos pour les diffuser au plus grand monde.
La première vidéo: une pré-bande-annonce pour attiser la curiosité.

Pré-bande-annonce images, sons et montage: Ricesco

La seconde présentant Canteloup (lieu de Sainte-Cécile-de-Trois-Loups et également lieu d'une légende écrite par Bastide de l'Oulieu sur les Trois-Loups).

Canteloup images, sons et montage: Ricesco

La troixième vidéo mettait en avant Erméniars, "LA" figure emblématique de Cournon (qui, à l'origine, devait être seule meneuse de la bête).

Erméniars images, sons et montage: Ricesco fifre: Brice Fabregat

Les 4 vidéos suivantes présentent un résumé de l'histoire de Cournonterral.




L'histoire de Cournon en 4 volets images sons et montage: Ricesco fifres et whistles: Ricesco

Avec tout cela, l'animal totémique commence à pointer le bout de son (de ses) museau(x) dans le village!

LES VERITABLES "TRIBVS-LVPIS"

Les vrais protagonistes

Guillaume-Bernard de Trois-Loups, Erméniars et Hugues Cristine sont connus par les archives de Cournonterral et par le livre "le Consulat à Cournonterral" d'Alexandre Germain.

-1- Guillaume-Bernard de Trois-Loups (Guillelmum Bernardis de Tribus Lupis)

Le premier de la famille de Trois-Loups est cité en 1138: Pierre-Bernard.(Cartulaire d'Aniane)
Guillaume-Bernard de Trois-Loups, chef de l'aristocratie bourgeoise de Cournonterral, chef du parti anti-seigneurial et syndic de la communauté, apparait dans les archives le 30 novembre 1238. Puis réapparait dans les archives à la toute fin du XIIIe siécle (vu l'écart des dates où le personnage est cité, Germain pense que ce nom pourrait être un sobriquet donné à divers opposants mais il est plus probable que le premier cité soit un aïeul au suivant).
Il vaut mieux prendre le nom de famille comme: La famille BERNARD dit du lieu de Trois-Loups (de Sainte Cécile).
L'on retrouve, le long du siècle suivant des descendants du nom de Pons-Bernard de Trois-Loups ou encore Pierre-Bernard de Trois-Loups qui sera l'un des premiers consuls de Cournonterral.
Le Guillaume-Bernard qui nous intéresse est celui qui apparait dans le Compromis du 15 janvier 1302 (Voir plus bas: références historiques). Il était propriétaire terrien, possédait des vignes, arbres fruitiers et était également négociant en épices et prud'homme à Montpellier.
Dans les archives de Montpellier il est plusieurs fois cité comme Guillaume-Bernard de Cournon (Histoire du commerce de Montpellier, antérieurement à l'ouverture du port de Cette par A. Germain Vol.1), mais n'étant pas de la famille des "de Cournon", comme précédemment il faut comprendre: dit du lieu de Cournon.

-2- Erméniars (ou encore Ermenjarz, prénom dérivé de Ermengarde)

Soeur de Guillaume-Bernard de Trois-Loups, elle était mariée avec Pons Calve de Villeneuve. Germain la décrit:
"et on en signale une, notamment, qui semblait prendre plaisir à résister à tous les ordres, comme à violer toutes les défenses." (traduction littérale du compromis du 15 janvier 1302), et de rajouter:
"j'ai dit ailleurs de quelles libertés jouissaient, au XIVe siècle, les habitants de Villeneuve, et il ne serait nullement impossible que le spectacle de ces libertés, ou même simplement les idées issues du commerce d'un mari élevé à pareille école, eussent monté la tête à cette femme, en lui inspirant pour son village le désir d'un état social analogue." (Le Consulat à Cournonterral A. Germain)

-3- Hugues Cristine (Hugonem Cristinam)

Le "double", fidèle parmis les fidèles de Guillaume-Bernard, a lui aussi un aïeul homonyme: Hugues Cristine, qui apparait déjà comme compagnon et syndic dans le compromis du 30 novembre 1238. Il était blanquier (tanneur en blanc qui apprète les peaux) ou corroyeur (ou cuiratier, celui qui travaille le cuir pour la cordonnerie) et résidait à Montpellier.

Trois fortes personnalités, trois figures historiques et emblématiques du village!

LES REFERENCES HISTORIQUES

Du four banal au compromis du 15 janvier 1302 (1303)

L'histoire des protagonistes commence en 1238. Date à laquelle la bourgeoisie de Cournonterral apparait sur les parchemins et fait actes d'anti seigneurialité. Mais comment compiler et simplifier de nombreux évènements qui se sont déroulés sur plusieurs siècles?

On en a retenu 2: la Protestation des syndics de 1299 et le Compromis du 15 janvier 1302.

-1- La première se déroule à Montpellier, les syndics de Cournon protestaient auprès du recteur. Pierre, seigneur de Cournon, avait procédé à des saisies auprès des habitants qui avaient fait cuire leur pain hors du four banal. Frustré d'une partie de ses revenus, Pierre avait également commandé la destruction de tous les fours particuliers. La requète fut adréssée par Hugues Cristine et Guillaume-Bernard de Trois-Loups.
Le roi de France, Philippe le Bel venait de récupérer la rectorie de Montpellier et les syndics se revendiquaient de sa juridiction, passant outre la souveraineté de leurs propres seigneurs. Ce fut les prémices du consulat de Cournonterral.
Quoi de plus symbolique que la reconstruction d'un four communal aujourd'hui?

-2- Le Compromis de 1302 relate les évènements qu'il y eu lieu entre les syndics et les seigneurs de Cournon à propos de la vente de vin. Ce compromis a servit de "base" à Bastide pour écrire sa légende des Pailhasses. Seule est restée dans la mémoire collective Erméniars (bien que Bastide l'ait mal orthographié Arméniars). Pourquoi ne pas rendre à ces rebossiers la place qui leur est due dans l'histoire du village? Le Compromis souligne bien les tensions entre les villageois et leurs seigneurs et la résistance engagée par les syndics.
Par la voix du bayle Guillaume Firmin, les seigneurs imposent de vendre seuls leurs vins et en quantités voulues sans aucune concurence?
Alors les syndics manifestent, se révoltent et vendent quand même leurs propres productions!
Les seigneurs donnent le droit de paissance sur les terres communales aux "gens du dehors" malgré les années précédentes de disette?
Alors les syndics mènent des actions punitives contre les maseliers et les gens des villages voisins qui ont osé venir sur "leur" territoire et les font fuir!
L'on sait que le procés a été dressé par le notaire Jean de Savigny délégué de Jean de Varennes. Comment cela a t'il fini, qui a été condamné, qui a eu gain de cause: les seigneurs ou les syndics?
Le jugement rendu par l'autorité n'a jamais été connu des historiens mais ce que l'on sait, c'est que la lutte des habitants du bourg n'en a pas cessé pour autant et qu'elle durera encore de nombreuses décennies.
Quoi de plus logique que ces trois loups pour redonner vie à ces trois personnages et pour souligner l'aspect rebossier des Cournonterralais?

Tribvs Lvpis dans les bois par Ricesco

TOTAL FESTUM

Le baptème républicain

La date du 24 juin, la Saint Jean-Baptiste, est retenue pour la naissance de notre bête puisque ce jour correspond à la date d'élection des consuls de Cournon.
De plus, cette date correspond à celle du feu de la Saint-Jean qui a disparu depuis quelques années. Le bon argument pour relancer le brasier, le feu de vie pour notre animal!
On s'atèle à la tache, et c'est loin d'être simple!

Bande-annonce de Total Festum à Cournonterral images, sons et montage: Ricesco

Le principe, lui est simple: on est de Cournon, on aime Cournon et on veut le partager avec les gens de Cournon!

On démarche les associations du village, on informe les écoles, tout le monde est le bienvenu (cela a changé depuis!)...mais cela ne s'arrète pas là:

-Fédérer tous les Cournonterralais.
-Le feu de la Saint-Jean sera allumé par la flamme du Canigou.
-Le parrain du Loup ne peut être que le Poulain de Pézenas.
-Nos amis de Puysserguier avec leur Pélican, né presque à la même période, se doivent d'être là.
-les San Foutan, que l'on connait par leur Sanglier, doivent faire pétarader leurs tromblons.
-Pour une fois, faire revenir le marché au coeur du village.
-Reconstruire le four et partager le pain.
-Manger tous autour de la même table.
-Le maire, en personne, se doit de "baptiser" le Loup.
-Armand Borrel avec Claude Alranq animeront ce baptême.
-Les enfants chanteront des chansons en OC et René Sarabia viendra interpréter "Du Ramassol au Coulazou".
-Et tout cela finira au pied des rempart comme un feu d'artifice orchestré par les GOULAMAS'K.
-Et j'en passe...

PER VILATGE NOSTRE, pour le village à nous tous, commence à prendre forme!
Bien sur, je vais passer sur tous les détails "techniques" de la mise en place de tout cela, ce serait trop fastidieux à raconter et une page n'y suffirait pas!

L'air de "La Marche de Tribvs-Lvpis" est confié et composé par Eric Livolsi.

Un animal, une musique, l'animal est prèt!

Le résultat de tout cela? Une partie de la réponse dans ce film:

Le 9 juin 2012 images: Ricesco et Nathalie Balsan Photos: Ricesco, Nathalie Balsan, Pascale Cataldi, Yohann Boutibonnes et Marcel Quéralt Montage: Ricesco Musique: Goulamas'K "Skabronca"

CONCLUSION

...Et la suite?

J'ai voulu que Tribvs Lvpis soit une part de l'âme du village comme le sont les Pailhasses, mais dans et hors les murs de Cournon et qu'il soit aussi le fédérateur de tous les Cournonterralais.
Avec le recul, j'étais le seul à le penser; les gens qui étaient catégoriquement contre cette idée sont les mêmes qui ont prit les rênes aujourd'hui et je n'en fais plus partie!
J'ai su faire le compromis d'accepter des choses pour lesquelles j'étais à 200% contre mais ceci n'était pas réciproque à mon égard.
Le paraitre et la notoriété personnelle priment sur le reste.
Six ans de "négoce" et deux années de "travail" qui ne tomberont pas dans l'oubli par cette page.

Richard Escobossa.

La lettre de Philippe le Bel par Ricesco

Haut de page
Haut de page