C'est nous qui sommes les Paillasses...

L. Boude 1927

L. BOUDE 1927

L. Boude 1927

Descriptif du tableau de Louis BOUDE

Louis BOUDE 1927 n'a pas peint un instantané des Pailhasses mais à représenté le déroulement de l'après-midi :
1- Le mannequin "PALHAS" est suspendu à la terrasse du café Pons. Celui-ci était confectionné avec les moyens du bord d'où son aspect négligé. 2- Le défilé dans les rues du village ; s'agit-il du défilé des Pailhasses ou du défilé de la pendaison du mannequin ? En effet, celui-ci est promené au bout d'une pique. Au centre l'on apperçoit également le drapeau jaune des Pailhasses. 3- La ronde n'est constiituée que de Pailhasses. Celle-ci se déroulait, comme d'avant guerre, au devant du café que fréquentaient les protagonistes. 4- Le Tambourinaire qui joue le branle et qui accompagne les Pailhasses tout l'après midi. 5, 6 et 7- La ronde se défait et la chasse commence. 5- Un premier Pailhasse fonce sur le spectateur. 6- Un second, peille et petit chat à la main, poursuit un Blanc. 7- Deux autres coursent des femmes dans les petites rues du village (voir Olivettes dans la légende). 8-Un Pailhasse en embuscade derrière un coin de bâtiment se prépare à envoyer sa peille sur la tête au balcon. 9-La fin est là, le gibus se retrouve au sol et la paille sort de la sacque.

...Les Paillasses du vieux Cournon.

Maurice OLIVIER
C'est nous qui sommes les Paillasses
Les Paillasses du vieux Cournon.
Graves et fiers dans nos cuirasses
Souillés de sang et de vinasse
Nous effrayons la populace ;
Fils de Bacchus ou de Junon
C'est nous qui sommes les Paillasses
Les Paillasses du vieux Cournon.

Lourds et ventrus mais plein de grâce
Toujours contents, jamais poltrons
Plus il pleut, plus la boue est grasse
Nous nous plaisons dans notre crasse
Que les faquins nous fassent place
Sinon gare à notre torchon !
Lourds et ventrus mais plein de grâce
Toujours contents, jamais poltrons.

A travers ruelles, impasses,
Nous poursuivons femmes et garçons ;
Puis quand la chaleur nous terrasse
Après le "branle" sur la place,
A nous la tourte et la fougasse
Et vive le saut du bouchon.
A travers ruelles, impasses,
Nous poursuivons femmes et garçons.

C'est nous qui sommes les Paillasses
Les Paillasses du vieux Cournon.
Malgré les terribles menaces
Qui frappent notre antique race
Tenons bien haut notre renom !
Et quoiqu'on dise et quoiqu'on fasse,
Ils vivent toujours les Paillasses
Les Paillasses du vieux Cournon.

Envoi

Prince, sur nos sales carcasses
Braguez, bruguez votre canon,
Ils bravent tout dans leur cuirasse
Les Paillasses du vieux Cournon.

Quelques expressions

"Siés farcit coum aoun Pailhasse" : Gros et mal foutu.
"fait Pailhasse" : pour les enfants qui se sont salis durant leur jeux.
"Vé quanté Pailhasse" : Regarde ce Pailhasse (péjoratif).
"A l'infer tout l'hiber, vai cerca Pailhassa, qué té fara plaça, vai cerca lou baou, qué té fara maou" : A l'enfer tout l'hiver, va chercher Pailhasse qui te fera de la place, va chercher le baou (loup) qui te fera du mal.
"Aquel veira pas cremar lo Palhasse" : Celui qui ne verra pas brûler le Pailhasse, se dit de quelqu'un de mourant ou de très âgé.

Plutôt que de s'étendre sur l'immonde sculpture à l'entrée du village : pour l'anecdote, au sujet de la statue, le projet m'avait déjà été proposé en 1986 par le maire Guy Régis, alors en poste.
J'avais peint à la Salle du Peuple une fresque représentant les Pailhasses (depuis recouverte, alors si quelqu'un en a une photo, ça me ferait plaisir de la revoir !) et cela n'avait pas déplu à l'époque et de là, le maire avait projeté de me faire dessiner le projet pour une statue représentant les Pailhasses.
J'avais opté pour le simple Pailhasse et Blanc se tenant la main tel que, ci-dessous, la statuette de J. PIALOT.
La sculpture devait ensuite être réalisée grandeur nature puis être installée au bout de l'esplanade ou à l'emplacement de l'ancien poste de police.
Le projet à été mis de coté et récupéré bien plus tard d'une sale manière ! Il suffit de voir la statue actuelle : difforme, pas représentative des Pailhasses et qui n'a rien à foutre à l'entrée du village !

J. PIALOT

J. PIALOT

Carnaval 1925 : La BOUSTIFAILLA

La boustifailla

La bicicleta

Fernand ROBERT
Carnaval 1952 sur l'air : La Paimpolaise
COUNCELS
Tout lou monde a sa bicycletta
Ou berda, ou jaouna ou chocola
Per nar aou Clapas a Séta
As aresquiès a Issanka
Ou a frontignan
Per y prène un ban
Souègnas ben, bostra bicycletta,
Lounchas la, quan n'aoura besoun,
Ténès la ben linda e propretta
Et couflas rété sous ballouna.

GROS PES
Un chour una grossa fénassa
S'arestait un co de pernin,
Comment voulez-vous que je fasse
Je suis à plat tous les matins,
Il faut un boyau
Plus fort et plus gros.
Salopadié de bicycletta,
Siès la caousa dé moun tourmen,
Déquès aquel floc de tripetta,
Per un cor, comma un mounemen.

BOUCACION
Lou caganichou a sa méda
faï la pièça, baou pa dourmi,
Crida, plouda, es en couléda
Mais lou son baou pas rébéni,
Alors lou pichot
Lous iols comma un chot
Faï mé passa ma bicycletta
Finidaï de téta déman,
Désoublidès pas ma meusèta
Mé quaou rendre a Perpignan.

TERMINUS
Un lisqueur dé la biélla escola,
Dins un cantou bouguet pissa,
Mais troubèt pas peus soun..ange
Y a blé pas rès per amoula
La man seu lou fron
M'en raoubat quicon,
M'en raoubat ma bicycletta,
Me baïlaba tant de plési,
Y a papeus rès din ma brayetta
Mé démoda paqu'a moudi
EN ROUDACHE
Una blondetta ben fardada
Abié croumpat un bel vélo,
En rebengen dé proumenada,
Sa mèda dis, dé qués acco?
Té crésieï aou plan
Tan bis a Pignan
Es la faouta a ma bicycletta
Què roda sans m'en abisa,
Roda-Roda, toutta souletta
Y a pa mouïen de l'arresta

Complainte de Couladas (1968)

I
Aïci l'indretch de toun seuplicé
Bas seubi ta coundamanation
Té fagués pas trop d'emotioun
Car lo moumin es trés propicé
Eun maou fétou sap infila
Euna bouteilla dé meuscat.
IV
Nou soubindrin dé toun passatché
Siés pas qué per countradia
Nin doutan pas as léou mountat
Désuita a la tour sarazina
Couladas, bos trop critiqua
Eun tchour quicon t'arribada.
II
Crésiès a eun récours ingraça.
L'aguédé d'eun cop dé capel
Toun tcheutchamin és sans appel
En décidat touta la banda
Quand rébindras tchou nostré ciel
Didas quaou s'adressa soun biel.
V
As bougueut té mountra un mestré
per métré la télébisioum
As mécountitat lous qué ysoun
lous as oublichat a la métré
Té qu'aie pas trop t'occupa
Dé sé qué té regarda pas.
III
Passan euna granda Sécada
Nou démandan sé deudada
Car bas nou faïdé tout créba
Té fadin pa fossa réclama.
Couladas siés mitchan seutchet
Aoussi bas passa aou beutchet.
VI
Las faoutas Couladas qu'as coumésas
Sou trop grabas per t'aquita
As pas besoun dé rouspéta
Ada paus counta tas mineutas
Finis ta bida sans traquas
E fioc aou ceuou é sans tarda.

Stéphane VALETTE

Stéphane VALETTE

Complainte de Réniat (1971)

Avec les illustrations d'origine.

I
T'espedam dins l'impaciença
I a pas moïen de te trobar
Surtot qu'aïci es arribat
Un pauc de totas personas
Los uns an sautat lo valat
Los autres cal s'en mefisar
II
Avèm passat las grandas festas
Avèm vidat e revidat
enfin tot l'an s'es passat
E i a quicom que se revelha
Vésem que siès tornar aqui
A nautres de nos rejoïr
III
Aquel vos fai bona figuda
Das filhas sap sièm ocupats
Mès lo carnaval i plai pas
Vau pas entendre las bramadas
Vau empachar de pissar
Coma totjorn s'es fai.
IV
Avèm pas besonh de machinas
De cartons plens de traucs
Nautres nos en fotèm pas mal
Volèm de musica
Enfin cal pas esternisar
A ton païs as pas que anar
V
RENIAT siès tot una cotuma
Siès nostre carnaval
N'i a que s'en fotan pas mal
S'es corta ton existença
Nautres que t'avèm aimat
T'anam remetre sus lo plat
VI
Cournou es plein de prouméssas
Per les proutétchas élections
Caou pas nous faïde des cansous
Car sou toutas las mémas
Boulen bouta per rénïat
Per lou protchain septenat
VII
Finit toutas aquellas padoulas
Crésin que siès coundannat
Té planissen Rénïat
Me bas parti en flama
Aqui finis tout lou badal
Adiou moun paoudé carnaval

My Cvrnon es lo pus beau park(1996)

I
Pos dire, ara, "Fasetz Caga"
My Cournon es "lo pus beau park"
Desempuei la Font da Théron
Ont Annibal s'es arrestat
Fins a la Torn Sarrazina
Ni en pas que tant nos calinha!
V
L'estui, se vos manja de Fora
Ambè tota la gens del barri
Al moment de sortir lo toupi
Cal demanda la permission:
"Aquo's michantas intencions,
Manjaratz a pamperigousto!"
II
Alora, perque atal te sonas?
Aqùi, anem vos explicar
Co que se passa al villatge
D'aqueste Palhassa sens gran
Es vrai: sens pas ges de rason
Manca tuar las tradicions.
VI
Enfin, entre tant belas cosas
Avem un poulit castelou
Que devedra C.C.A.S.
Mai sabetz aquo que vol diré
Vaqui, volem pas ges d'emboul:
Comedia Creat A Sadoul!
III
Ont es lo bi a la francesa
Qu'om beu lo quatorze juilhet?
Ont es lo bal de los Palhassas
Lo dimentge del Fogasset?
Fas méfi que per lo Carnaval
L'escala garde lo dimars!
VII
Nautres, volem pas pus encara
Cournon copat com'un agrola:
Lo cap perdut dins la ginesta
La coeta que fretilha lesta!
Aquo ne poudra pas dura:
Caldrà crema "Fasetz Caga"!
IV
Aprés, a barrat de colera
Pendant très jorns lo "Bar des Bégues"
Soulidé que qualqu'un qu'ès béga
Parla dos cops mai que tot autre!
Aici, quand om es trop caput
Vau mai que bega ésse mut!
Lou Tchour Haut de page CVRNON
Les Cendres Haut de page CVRNON